mardi 8 septembre 2015

MUSIQUE. ROBERT PETE WILLIAMS. FREE AGAIN. (Prestige Bluesville)

Robert Pete Williams est un bluesman hélas trop peu connu et qui, pourtant, est l'archétype du musicien et chanteur de blues. Il voit le jour en 1914 à Zachary, en Louisiane. Il passera toute sa vie dans la région de Bâton Rouge.
Il est découvert à la fin des années 50 par le Dr Harry Oster et Richard Allen, , le premier  folkloriste et le second historien du jazz. Tous deux explorent la musique du Sud. Ils entendent parler d'un musicien emprisonné à perpétuité pour meurtre depuis 1956 au pénitencier d'  Angola, l'une des pires prisons des États Unis qui n'en manquent pourtant pas. Ils décident de s'y rendre. Impressionnés par l'homme et par sa musique, ils s'empressent de l'enregistrer sur un petit magnétophone portable. Dans le même temps, ils demandent sa grâce et sa libération, ce qu'ils obtiendront après maintes tractations. 
En 1961 Robert Pete Williams, en résidence surveillée, enregistre son premier album, Free again, pour le label Prestige Bluesville. On y retrouve tous les ingrédients du blues rural. Un homme chante son histoire, la crie parfois, en s'accompagnant d'une simple guitare acoustique. C'est un blues écorché, aride et dur, comme la vie de ceux qui le jouent.
La particularité de Robert Pete Williams est qu'il ne reprend pas la grille classique du blues. Le résultat est aussi beau que déroutant. Ce sera pour toujours sa marque de fabrique. Jamais on n'a été aussi près des racines africaines de cette musique. Il est l'un des rares  à avoir ému Big Joe Williams qui n'avait pourtant rien d'un grand sentimental et dont la vie de misère n'avait rien à envier à celle de son collègue. Il  écrira  une réponse à Prisoner's talking blues ( chanson sortie sur la compilation Angola prisoner's blues).
Robert Pete Williams est autorisé à se produire au festival de Newport en 1964, et, tout en continuant à travailler à sa ferme, il se produira régulièrement en professionnel aussi bien aux Etats Unis qu'en Europe. Il mourra à Rosedale le 31 décembre 1980.
Nous vous conseillons également un autre de ses premiers enregistrements, I'm blue a man can be ainsi que l'album éponyme sorti en 2001 sur le label Fat Possum Records. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire