lundi 12 novembre 2012

MUSIQUE. The Psychedelic Pill. NEIL YOUNG. (Reprise).

"Le Zig!" avait salué les retrouvailles de Neil Young et du Crazy Horse pour l'album Americana, tout en regrettant que le "loner" se cantonne dans les reprises du folk américain, même si le groupe s'était approprié de belle manière ces standards.
Dans sa biographie, intitulée tout simplement "Une biographie" (Robert Laffont), le musicien lui-même se demandait si sa muse reviendrait un jour le visiter. Le galop d'essai  de Americana n'a pas été vain, dans la foulée, les complices de longue date ont enregistré ce Psychedelic Pill, un double album de huit titres qui s'ouvre avec Driftin'back, un titre de presque 27 minutes! Les deux chansons suivantes  frisent, elles, les 17 minutes, de quoi laisser de la place aux joutes de guitares entre Neil Young et Frank Sampedro qui ne s'en privent pas. Vient ensuite Born in Ontario, un bel hommage à la ville qui a vu naître ce musicien hors du commun. Deux morceaux country- rock "youngiens" à souhait, une superbe ballade (For the love of the man) et un  rock graisseux qui justifierait à lui seul le qualificatif "grand-père du grunge" que certains ont attribué à Neil Young composent le deuxième disque.
 Le musicien peut être rassuré, sa muse ne l'avait pas abandonné. Qui peut se vanter de pouvoir sortir à 67 ans l'un de ses meilleurs albums?  
                                                   www.neilyoung.com


Aucun commentaire:

Publier un commentaire